Ballades au fil de l’eau: deux jours d’ouverture 2016

Comment était votre ouverture 2016 ? C’était bien ? La saucisse était bonne ? Le vin pas trop dégueu ? Et ça a péché ou pas ? c’est quand même le plus important…non ? Pour moi c’était sur deux jours, le premier consacré à retrouver le calme d’un petit ruisseau de moyenne montagne et le second pour essayer de capturer un poisson de gabarit plus imposant. Ça avait plutôt mal commencé mais ça va, une paire de bons choix ont permis de sauver les meubles.

truite

truite

Un réveil chaotique

L’histoire commence simplement par le fait que mon réveil n’a pas sonné…bon, quand ça arrive un mardi matin et qu’une grosse journée de travail nous attend, c’est ennuyant. Mais quand on se fait réveiller (brutalement) par sa copine, le jour de l’ouverture de la pêche, avec le compagnon du jour qui attend depuis une demi-heure devant la porte et qu’on a même pas entendu sonner, là c’est chiant!

Je me réveille donc en essayant de calmer mon palpitant à 200 minutes car ma chère et tendre m’a fait friser la crise cardiaque en me criant que je suis à la bourre. Je fais rentrer mon pote, 3 cafés et un coup de toilette (oui je le précise, certains médisants auraient pu croire que j’avais oublié de me laver les chicots) et gaz!

Une demi heure plus tard, la déception est là, saleté de réveil. Trois pêcheurs sur MON spot devant chez MON papy! Un simple regard suffit à reconnaître des locaux plus habitués à pêcher l’étang de Lers (nm – étang de pêche en montagne, payant, contenant des poissons d’origines aléatoires, dont des perches soleil, situé dans le département de l’Ariège) et qui ne m’encouragent guère à m’attarder. Cinq minutes d’observation me plongent dans la consternation en voyant un des trois craquer le cou d’une truitelle… Deux solutions: redescendre vers la plaine ou continuer vers la source… Les arcs en ciel fraîchement déversées me faisant horreur, je prend le risque de trouver une eau froide et moins peuplée plus haut. Le choix est bon, on est seul et au calme, le reste, on verra.

Un peu de rouille

C’est la seule excuse que je trouve au 2/10 qui fût mon ratio poisson sorti/poisson touché. Les truites sont molles et moi encore plus. La plupart des touches se terminent par un ferrage qui ne porte pas assez et qui se solde par une décroche. Pas bien grave, les quelques poissons au sec sont magnifiques.

IMG_20160326_172038 [86472]

Après un revigorant cassoulet maison à midi et un (très) bon Sauterne, l’après midi sera consacré à capturer une paire de poissons de tailles respectables afin de satisfaire les envies de poissons de ma belle famille. Et croyez le ou non, mais les arcs en ciel m’ont boudées et seules de jolies farios sont venues me dire bonjour. Rien de bien fameux à signaler pour ce samedi après midi.

Le jour du seigneur

Juste à la sortie de la messe, je file avec mon ami Santi sur notre grande Rivière départementale. Espérant que le soleil les énerve un peu et qu’elles répondront favorablement à nos leurres, car Santi étant un mauvais pêcheurs de vairons et moi ayant été pris par piété nous n’en avons que deux, et même pas chacun. On commence à peigner des fosses avec des leurres Heavy Thinking (un leurre Ariègeois) mais mis à part un poisson modeste qui suit, rien de concluant. Le premier radier propose un second poisson suiveur et manqueur de leurre, un poisson de souche à n’en pas douter, on sent les origines profondes. Le second radier propose mieux, un poisson mordeur et un poisson au sec!

IMG_20160313_141110 [41509]

Après la photo, une petite pause me permet de constater que ça gobe, et vu les éclosions je comprends! Je files à ma voiture et me saisit de mon fouet…. C’est sûrement ce que j’aurais fait si je péchais à la mouche! Mais non, je les attaque comme un gros bourrin avec mon biiiip (pas de placement de produit on a dit). Elles réagissent vite et bien, mais tapent mal. je manque la première, je prend la seconde et manque la troisième. Pendant ce temps, la journée est ponctuée des classiques réflexions intelligentes de Santi “Il est nul ton spot”; “Ça vaut rien ici” ou encore “j’ai faim”… car lui nous réalise un 100% décroche! Avec la déclinaison du soleil les poissons se font plus discret et seul un dernier poisson moyen viendra taper dans mon poisson nageur. 17h, je file, c’était bien!

GD Star Rating
loading...
Ballades au fil de l'eau: deux jours d'ouverture 2016, 5.0 out of 5 based on 3 ratings
Chargement...
Aller à la barre d’outils